Laboratoire SUPINFO de recherche en robotique

Lokomat

JFIF``;CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 90 C     C    }!1AQa"q2#BR$3br %&'()*456789:CDEFGHIJSTUVWXYZcdefghijstuvwxyz w!1AQaq"2B #3Rbr $4%&'()*56789:CDEFGHIJSTUVWXYZcdefghijstuvwxyz ? ??B6R;ԶtˑsSc,y :ұ!ȥb[b1ڝHH%4 %݊m҃ʲh0nȥ-2h9S`;e)1(1jsڃ-Nyxt;{SHiHֶh=Hgtu/Zi3Hc '#Rޅ]Q#ijdd^❙#7ү¢I$o j6LSSFl& Vb*Mǝ/ UrNȯ-J,sȩ-(R$ ,sɔjY6TQkɕҝmI giҞ@bѯ4מ"܋fev\U3 OS<71qJSV-J@>iot *yk?g5}K R/ ͻ+#+*7wx-!^1?kHnTw81~ !hijhΓ40}ݭLFaʌdfa,-4ںѭu_*գ)SNv}-L#᷅joԶ6]jK>hgn?<)T~yiPOC'_j-[$72G@tV\d3e^S\ @Lz7G+.ME T)8gh9g % _Tp/?h_ /ӓA36piWE)A4Vlg;?ïenqN =GJܾGVu;E˭ݫLQ>csϠfPMVtF̸8JmLvxYikk,>#THZ5X1A\UЅJnXEM§<cxWΝ~:$Tqg&Vr]1` ){:ThWOiUO-K|o^+"G M?[_34ڗm70u*=Nk PwKonʲߟO#Լ3E6t-i$縻(8'I9%.bΫڶeb+q{ Błp9vy始|5okѾ}J T^OU(g&kŢ|8cnD:wq &85\֦U\&p~#!/BF*1s~sEYE/((zsS٫o:n͝D-D6:_m7R8)ErZͭﵓϤF)sԾ~tVv\An2X}kcᧈק칛v\쥶raR4ҕ{sơGap%r|ʹ +3«^!2|}k=Q^<2\4sT"$ /OoQZHB熡+\M<U@'w@~`9CKgh?tOK. :d<*ugjw>Rnwj[Mi&˛Iѱ 889ZXǩxǖ 5[3 ON5BTPlMB7{cm#@ִ]rSjD74h'hp u]<=IB:UiN*/CZ_|)X;M:+i|7sgлRo1vʮ#YOs㔥MٙWz<sI^Iy1j_'hGQ{5rq˷A(_yhx0?ŧcpo|AK{Y. "_kԲt#'bBRKHjgs%LO*o^ sk6m$[\= `b8+ ] 7R-&[Ρ)ՌՓO_m^[[ɂ;a]r|WWGә~'EOVNnt6JXT+r 8j]Ūd_/g wdiѰi7ǀTON!5߳m5oUYn F}sMvqH῁l|t>(n$\g$P?J,婬NRèZX HnU9Sghi=8_ +&8d) 9O<2*M;~c8\_y4 TU!ghflI2|/$FS+^UrE=`ȇY7;гI&w3]s֥KdK矲mux.eoks¹ZLCj'Z5Me<ʷwr]b?y!b=#q*78Tu!OFTݞ)OςVMm4[< "؎w|;Š}{!C>keXkSCy (roSv7(tRڪr/_ =(BSqg6_"ZEԜBrzKtw>]^K BKs),7}xCZ8;2鴜|yO~$WiݕG! Jg9=}j8<ͳoRֵσ?弽tvԋ3wsi|SqIok8l4-͵$;Y`g{oFnDM2?޳Vʐ=GPġT̀$O>ծSL+_kx-AglXas r48-$ֻơ6=,rNk[+,k6P1+np >w[̈́ l֖7Xڭ*/wOzi-nLUPv_ >JE7-nZ!okUeM&95&ۘkku7FYyi4 8/ҵmc|/=OSE )'$[C1*d5N֪u;#8э9UshKग़F*ZꌓWg_|-iWL׵]CTEkVgjb$k/d& xkV:TvIlbH#?.*tbRuQݞ hZKr  }k|FRhhw^%m&(eeI8AsP_eR<{H,*(b~ynbxBwƸ-nnխiG+H$cFy-P<g?_ #h_0\Zwi 6d8_(wV6Z/vAVxc3n =Qr>!Liokiaz^MqmpZ0-P qZ|I"/;o |*K5jK+MeF<ف@ty'n6-;ߍk 5 Okinr, ȍ6HL溩wS|?_AwChrj6j F) A< ޠg{|Qֵ3hxkZc&6*T)AzuXqGZe7Kmh2 >'5H b'?u"%~HcgGś?-Ylh%XEöVQ>^3Zʙgs<l]Y^LplOj.?%IhbUb0!sF]|qijV:?#ԇ'#^WEg 2՞:3I4{ϰtK J,,w>؟H4u[X,qf@r78'OXǗj|8|\ϊfi/|\G$l짨x, `ƹ|J~7H_~&ZWWwh'VxumF[ƎqVl: OPT].Q\Lg)bc_vӼ{ZxW?MܼyQsXR;ziŰ&voG~ ?ZxKLe`QCorg_ZZVRXO*Ky T##K^踷s~4V]?n),eE2깍c<ںi: m3SoxXij}5q4#g$#+.k;W/x _F>w NiC0ʭU1C]1NZw+xj=>&xi-=΃w$J8. Bsq|॥ Cm̈,m*v5:rk#JtAZPRohC+ϊ4~o"RGVafomNR9:s4i?w>wn"6Ѥ61Z-P7Em` `q.m,pik6ko Vvdxb}9'90ӷAXѾ'j~&:јobA9T Tqךr!%ή%v4ȄmС0_ NIK8J錓4bCz-dV}9V azV| pQW>s|)X\Xe^Dap );u9?,g2Ίk˟ϟҎdcI8|qK[ 5wnxbH>#|Au:En?W2zĭXkgToсWKźvOZPI,$q9)RqMbzW}Tω|;qo ϫ,tJw͏1s8MEz޹iY-!^0Ł#q`dzewpQ;h6 ߗ̎"ۯ8s;t3 yoezb>p tx׭.uRqq;q8sS1Sܯ Z>kG쵋ձ`9؊Q IEYowdw^Xߗ(( oKl操ye!Jf;KTǞk'Frc sᶲ5PmKu0݁qKOB7j6:'{_^J&Tf]$[{v_Nộn]f\> ,cըEt&鬼3X UdPB"*-ƪc0lLdv`t4(A@jFp3@ @[P(߃4 KnPi2h*7JkDPm3ˠ&PG0$c`%hxN'KznzP@9SjERW)23pK9ip\wt@ Oj_9iq@ O&CԊ.\rcH$' ܄uLokomat

13 nov, 2014

Après un accident, réapprendre à marcher est un processus long qui demande de nombreuses séances de rééducation. C’est pourquoi le centre de santé Rossetti, basé a Nice a décidé d’introduire la robotique à ces séances. Il est l’un des rares centres à posséder cette technologie.

Il y a deux ans, le centre avait acquis le Grail, un système de rééducation interactif en 3D. Cependant, bien que l’exercice se révèle être efficace, il ne se substitue pas aux consultations régulières chez un kinésithérapeute. A présent, le centre dispose d’une toute nouvelle technologie, le Lokomat.

Le Lokomat pédiatrique, un robot de marche utilisé dans la rééducation des membres inférieurs, stimule l’apprentissage des patients atteints de troubles importants de la motricité par des exercices sous forme de jeu. Dans ce centre, cette technologie est avant tout destinée aux pathologies lourdes telles que les victimes d’AVC, les amputés ou encore les infirmes moteurs cérébraux.

«L’appareil fonctionne sur la plasticité cérébrale. À force de refaire la même marche, des mouvements répétés… On finit par voir des mouvements normaux sur des enfants et des adultes qui ont des pathologies neurologiques centrales et où la marche est très dégradée», explique Isabelle JANNIN, kinésithérapeute au centre de santé Rossetti.

Les médecins et kinésithérapeutes proposent aux patients un traitement adapté à leur trouble de la marche après leur avoir fait passer plusieurs examens au cours de leur rééducation appelés analyse quantifiée du mouvement. Les patients peuvent alors retrouver une certaine indépendance qui leur est précieuse dans leur vie quotidienne.

Le centre Rossetti connait un tel succès que la liste d’attente ne cesse de s’allonger. Pour certains, il faudra attendre plus d’un an avant de se glisser dans un robot.

 

Ecrit par Alicia Caroen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>