Laboratoire SUPINFO de recherche en robotique

La puce intelligente !

JFIF``;CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 90 C     C    }!1AQa"q2#BR$3br %&'()*456789:CDEFGHIJSTUVWXYZcdefghijstuvwxyz w!1AQaq"2B #3Rbr $4%&'()*56789:CDEFGHIJSTUVWXYZcdefghijstuvwxyz ?QvazS ,,Gp rQ04{Lv{wƆ鿳v@ATMRcv_i\F-4tQLhRJ$3@Wk-⹪biv5)I]"}S·"NުX^OdH'"ulfvfԨRmd.]C܁ yru(8+}AT8 7BZw'}&݇ș%(14Ӹp(C`h>2^NYFҹ_#MkòU5b!?ZuX[4ovSI^@dzwx⻶ǧMIp3޼|EuM'JWg~П xz GD@#_FńJWi^a-լRkrJgvmv!pKb1F=oF|> ੼eSϘW6*(<.s?ŝV(t!?Xׯ,<[inS_>fBFk˯R& vԱ E~VfeV{WmO~LkǔXo?]5Fq^=S&c ooD鸄lElPu}R)'?q㫍Fѱjx^#ͭg>Dz↟\[WLT2-O[ o&7Mh<+/TuW3Mrl|Qs VYnOA"h2ٞ#n+Ry?2# 㳲E{'\z}"yA'2U7=ִoԴcχaYa%G\mSq5>TмFO$qCڼִV>%W,["za[&EHNPMEXCכ9zn¸GG-mgc\,E6n!:r ?=VhA>a!BZUv_ |=s5zr<w55'^NY+#ٕ:t.旈"A-mtP\q^ +^ZʩR(~Zu**|#uoƼ^*'GGY|Gj*#kGMa TG =5RMEʻWY7?xEٖ0Pkacc8r334 GO{,XVG-+%ӌyXԊx[5I[1b%@>>[̥[ q#bCs^Y^+Jc%j7ZI nD|rkb<r_hId[IUqrVqСR̭s/Iqcl5jʜ9QҔ 4 xX/2O$TԔPQzՋ1M5A",;ǒMln[[;{]Nn+`yd#;ŝO> ɤ-&@(nZ㡖R-GW:NExs^tvIܾΠ+ EKݦ̫`䖲9=߈gcvy;}TkFp'L%촸mgݠ/;(XJ\iV&+\NH%̤yv}5ϋ˷S+M-/ĎMs TJK{NKCҾsB!4Iِ̜BڴN7I.  I0$ҕ7#Kཬ:`YV5=XC̫a%V>1,-o<8u>-͛k9==<"ytN*],bO23Qbki^{tY몼GUj7ѩ1O ȧӎJIKS L*%y ow dnT8W74Ye{܇r?w)аv uFG-Zjq>?2/k*bIՋE?<:6&_ܤ~!rxcdXxF7;iz0 26\ə2sꑿ*D!1\8K`xq+[r^m~cS}x>Vqa}Z|sYIi4kGfcd\Xi%$y6n1ݚ$OVI@ O֋cOyxCOεF{96_J5OgWMFap$SmI&c:g>!i:L|̥bH?J*0.nct2]z R#jRҧ kz5{l6؀<qDVͰ`~OϋcK|af?fAuF5մsq" FVrsJl+ׄgl%5Art>be >oS7 *^&Oqmpd_QFmYE~%|Z֩@eAt=øKr]d'|`BFp3?]ۙK{].5 EXPp ;gڧ$ұF _M/WHA$2q'~ҹv|\O=SÚm"Hd,xee xyhZlHB1JX_ؽN>xtzw̚nbΗ@H1r:Ҍ [V}!>X'}JIAdJ"JZvo'u߀tf7'Ёkde"=.DtLyfFڥ;ǽMNJvm瓆Xўg;~;ҭ-,$9QDa#T}Of2 x\YlЕa)nr9]8Z$Œv\:nouWQ`oo D}ସݻp8?h¼S? qsr|?=ns9%OlP{^YybObIi"bW*$0ޤv%+ls W$, S#0ȣGo~kih/<.{Lp YvhOMr'e[i5C^aǵOF3cl~+-Y\gql'RS}jw|uo;SPir8YzHy|NcWjnwF kW|\ڶX^C$*MEem~ ZC(?KOݥ5NҲ>WvqT:vG)$%mHSϭuF\7 j-k? {xBw3BKF~.~VҪ5%cʤ9fGZ梨|q%H3""KJ=O>'Ɵt,uk-A4F.ЍĀGZPg44ɳöwV{ȡQPG)V<3P;hhԒϵ_UމR^UԞ {tWq,Fq\Q0SW;EsB=Qٳ4;}Mg7 ˞?ÞW2GBqCc[AA,Qd$k!32mi]X-ί}ze̖Rёr;敵eֶ4-%jo5GmoOFPZ8ng&{zVVғwL{H Fxhp g:ͫAFb6gx ':{wc$r-~4/g*Ocm-(B2Mw*wݟ1WIT)c)Ux_N:Qtghf5+qGƔĞzvh5PL* 59l.Q4,Iȉ\·Is)QJ&ցC}CpW5gx{vZ57d X깮JS]8ˣ\6TaN~#Yb)r_TsχKK8ut`Nj@|,|+&]M``gu\/{JQkSm%֑hRˋߠ'KR7PWHs:ωյ8䷥7 GQ=NўT WZ~hեGϖy95Qs93u#zK5)͌WA|9;nΎ}4%y=YkլzggtTFݑNKf}WZĚm;ETȯ6*Tv:+/t['JW5];Hu+a`7m8Mk#Ha&<%k @'uyݏA4gºXvNrOGz)J7.$gcV(7攙c}N 5xUY}*Z}kraJ]O2gV|7oKiR@;zq2澇TXoW-玼34D 0>O7s%0?i?W4:*[:A۵{5G4,yKLן~s^ M,k|94 hu\s^|ОX-;D|M Co8#x6SҦHuv|{w w̍k\DsVh /J:8[խb(+ՍYIk&SHB6ktB;3_7NG5˰sdṮ5%i-_NX:*oѪG*|g?>6?]z~8Ly9_Cю*b>~ ]qvv1+*t%ADSTq? aӘ,R$oA_G^;\⬾]P/wqڻI _nnuwHlI\JZX"ݟX|9d^tpۼk`T^TϹn4_\9 l{m;Oqi/@FTJ;f&}<+X%c)MO^sJ{GϵqRgm~W+ߊ:Ϗ`e Ã_MFܚ[J>~j0ػKreoҥc;;F/vky4H z⫅$쎸b}YB18͹q ʝe#oYh%Ms5A8rW:߇7ݔֶl"dʰ٪r׌g{.8cdb5,<_n㑜d25}bbo-3KJ:G$!-%B$,m%:U qG.,{O<,Zq#e1u:rEqTjK[hMpuT>~Ƅ7g ֎٘pWT2lm]g+Z IݟM~f2|19g㗈d+wi;S)jV9B>XO> 1]ȱ$x1Qj_fxC{WT8z_+<}qڇğsrdSrVEvիaQUg<$SU0nRݖa|U' uV5-t xHةrl,kaR;[,S1_;9luF([bqqJq9[_YJ| د*z8c SƯ. ':#8z9ƺQcGK׃?_S]VQ.q\o⽈`0,EF1b$f&8CG'$$#q'3fՎjܤ5(ٵѭX1Xe"FF EXF;JXLe_JyQALa puce intelligente !

12 nov, 2014

 

 

Une équipe de bio-ingénieurs de l’université de Stanford a développé une nouvelle puce, un nouveau circuit intégré, inspiré du cerveau humain, appelée Neurogrid. L’objectif est d’imiter les performances inégalées du cerveau pour tenter d’en reproduire les avantages par rapport aux processeurs ou clusters de puces habituels.

Il est composé de 16 puces « Neurocores ». Chacune d’entre elles émule 65 536 neurones, soit un total de 1 048 576 pour plusieurs milliards de connections synaptiques. Ainsi, le cerveau d’une souris est environ 9 000 fois plus puissant qu’une puce dans un PC classique. Les chercheurs de Stanford ont précisément développé Neurogrid en mettant l’accent sur la taille du circuit imprimé et sa consommation électrique (40 000 fois plus économe) : « D’un point de vue purement énergétique, le cerveau est difficile à battre », indique Kwabena Boahen, professeur associé à l’université de Stanford.

 

puceintelligente

 

La carte qui matérialise Neurogrid fait la taille d’un iPad et peut être qualifiée de basse consommation. Elle coûte 40 000 dollars et est capable de simuler le fonctionnement d’un petit cerveau en utilisant la même quantité d’électricité qu’une tablette. (Neurogrid consomme environ 100 000 fois moins d’électricité qu’un PC personnel qui simulerait un million de neurones). Ce prix pourrait être divisé par cent en adoptant une technologie plus récente en terme de fabrication, notamment en utilisant un process plus avancé.

Une carte neuronale pourrait ainsi être fabriquée pour seulement 400 dollars. C’est une avancée majeure dans la robotique et d’une nouvelle manière de comprendre le fonctionnement du cerveau. «Pour l’instant, il faut savoir comment fonctionne le cerveau pour programmer le Neurogrid », explique Kwabena Boahen.
«Nous voulons créer un neurocompilateur permettant à des ingénieurs et des informaticiens dépourvus de connaissances en neurosciences de résoudre des problèmes».

Le Neurogrid pourrait avoir de nombreux usages. Par exemple il pourrait contrôler une prothèse en temps réel, de manière adaptée aux mouvements du porteur, sans pour autant nécessité une source d’alimentation dédiée. Neurogrid pourrait révolutionner l’informatique personnelle et faire exploser la puissance de calcul des datacenters.

 

Ecrit par Alicia Caroen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>